[ l'enfant qui joue à exister ]
NOUS AUTRES, FUNAMBULES | style affirmateur | LE LION RIEUR | premiers pas | ACCORDING TO SAM | la voie tragique | ÉCHOS DU DEVENIR | la mise en intrigue du Moi | L'AMOUR DU LOINTAIN | élan vital |
AU GRÉ DES ÉVÉNEMENTS, "JE" SE PRÉSENTE COMME LE FIL CONDUCTEUR D'UNE NARRATION RENOUVELÉE.
 
Quand le Moi s'ouvre à ce qu'il n'est pas, l'autre se dérobe, rappelant qu'il est précisément ce qu'on ne peut définitivement capturer sans le réduire à un mensonge ou une illusion.
Le devenir est cette relation qui se vit dans les hésitations et le tâtonnement —.parce qu'avec le réel, c'est toujours la première fois. Il arrive que nous en soyons contrariés, refusant. de disparaître dans le cours des choses et insatisfaits de ce scénario au sein duquel "je" anticipe son.avenir en faisant cause commune avec ce qui est advenu. Mais il arrive aussi que la..figure produite soit irrésistiblement nouvelle, tel l'enfant qui fait sien le monde en ne s'encombrant pas de savoir comment cela doit être compris —.et contredit tout ce qui reste le même.
PROMENADE
Invitation
Je voudrais te rencontrer par accident.
Je ne te parle pas de ma maladresse.; elle est sans intérêt.
Je te parle de dévaler une dune avec la certitude de ne pas se blesser, même en tombant.
 
Et pourtant —.
 
 
 
Il y aurait ces traces de pas, et puis d'autres encore, et aussi des.marques profondes quand, parfois, les journées sont plus longues.
 
Alors je te répéterais qu'il ne faut pas que tu partes avant qu'on se mette à courir. Et toi tu rirais. Et moi ça me plairait, parce que tu me trouverais drôle.
 
 
 
Je m'appelle Daphna.
 
 
 
Je ne sais pas si tu recevras ce message.
Tout à l'heure, quand le soleil était au plus haut dans le ciel, je.portais tous mes autres noms.
 
Je veux juste que tu saches qu'il y a peut-être une fille qui marche dans le.sable, de l'autre côté de la dune.
.
.
NOUVEAU MONDE
Promesse d'un mouvement
Et si le monde entier tenait dans la main.?
Et si je sentais que sa place n'était pas là
et que je ne devais pas le serrer entre mes doigts.?
 
Il serait possible que le vent l'emporte.
Et moi avec.
.
.
RENCONTRE
Chaos en soi
Un jour, alors que je croisais un garçon que je ne connaissais pas, j'ai senti qu'il y avait un monstre au fond de son cœur. Quand je me suis retrouvée tout près, je l'ai entendu qui murmurait.: "Bénie soit l'amie qui voit en moi", et le monstre m'a dévorée.
.
.
CONTRE-TEMPS
Vivement le printemps
Est-ce qu'il faut attendre que des ailes poussent dans le dos pour commencer à les déployer ?
 
Une diseuse de bonne aventure m'a assurée que je me poserai sur une maison au toit pointu.
Demain les arbres auront des fleurs et je raconterai mes propres balivernes.
 
Je t'imagine déjà, agitant les bras, comme on fait signe à une amie qui passe dans le ciel, ou parce qu'on a vraiment froid quand on est seul tout en bas.
.
.
FUTUR ANTÉRIEUR
La meilleure façon de marcher
Je pensais que si j'avais envie de crier en tournant au coin de la rue, c'était parce que j'avais perdu mon chemin.
 
On se persuade facilement que certaines choses peuvent vraiment arriver.
Cruelle erreur.
.
.
FIL CONDUCTEUR
Inversion du sujet
L'appel du vide... tout le monde semble comprendre ce que cela signifie. Mais est-ce qu'il suffit d'être tout près du bord pour tomber ?
 
Je me dis parfois qu'on me retient par la manche.
Ou alors, c'est pire que ça...
 
 
 
Il paraît qu'en imaginant ce qu'il y a de plus terrible, on est à l'abri d'une mauvaise nouvelle. Je devrais peut-être essayer.
Je devrais peut-être envisager que —.même si tu m'appelais.— je.ne pourrais pas te rejoindre.
.
.
TOMBÉE DE L'AUTRE CÔTÉ
Invitation II
Trébucher et passer par-dessus. «.Je n'ai pas vu la marche..»
Pourquoi les explications ressemblent-elles toujours à un "excusez-moi".?
 
 
 
Je voudrais te dire que j'ai un jardin secret.
 
Tu penseras sans doute qu'une fille comme moi doit avoir dans sa tête une sorte de potager où ne poussent que des légumes aux couleurs bizarres, ou alors peut-être même que tu imagineras un terrain vague qu'on n'arpenterait que pour se demander quelle bâtisse délabrée a fini par s'écrouler.
 
Je ne sais pas quoi te dire de plus.
.
.
PROPRIÉTÉ
Fenêtre sur cour
J'ai un refrain dans la tête que je ne parviens pas à oublier.
 
Mais hurler à l'intérieur, ça pourrait ressembler à quoi.? Seulement à quelque chose que tu n'entendrais pas.? Ou alors à une sorte de voix qui remplirait mon corps suffisamment pour que je sache que je suis chez moi.?
.
.
CONTRE-TEMPS II
Destin, ou presque
«.Elle avait peur de se noyer, alors elle avait construit sa maison sur pilotis. Et on lui répétait sans cesse.: "Mais pourquoi fais-tu cela.? Ne vois-tu pas que tu es vraiment la dernière qui devrait vivre au milieu des flots.?"
À la fin, on parvint à la convaincre de quitter son habitation. Elle ouvrit la porte et tomba dans l'eau. La malheureuse coula comme une pierre..»

 
 
 
Je voulais te donner de mes nouvelles.
.
.
ENTRE DEUX EAUX
Image tenace
On dit qu'en fixant très longtemps un point précis de son visage, on finit par voir apparaître tout autre chose.
 
J'aimerais oublier que certains détails ont de l'importance. Comme un secret qui serait soudain d'une telle simplicité qu'il deviendrait impossible de le garder.
 
Mais je voudrais quand même que tu me reconnaisses.
.
.
PROMENADE II
Imagination fertile
«.Je serais partie cueillir des fleurs et tu serais revenu sans elles..» C'est drôle, non.?..On aurait pu se rencontrer —.toi et moi...On s'est peut-être même ratés de peu. J'aime cette idée. C'est comme si chacun pouvait courir après l'autre sans que jamais on ne parvienne à se rattraper.
À quelqu'un qui demanderait comment cela est possible, tu répondrais.: "Laissez-moi, je suis en train de courir.!"
 
 
 
En fait, je suis bien ici.
 
Il suffirait presque que je tende la main pour que viennent à moi de nouveaux amis.
.
les textes proposés sont associés à des photographies
de Julie de Waroquier
.