rhizome
RETOUR À L'ORDINAIRE
POINT DE VUE EXTÉRIEUR | abandonner nos illusions | LA DURETÉ DU MOU | s'appuyer sur ce..qui tient bon | CONTEXTES ÉTHIQUES | voir l'enfant qui joue | L'EXPÉRIENCE ARTISTIQUE | agir au sein de normes |
Saut dans le vide (Yves Klein, 1960)
 
Le 27 novembre 1960, sur une fausse édition du Journal du Dimanche, cette photographie d'Yves Klein paraissait accompagnée d'une légende.: «.Un homme dans l'espace.! Le peintre de l'espace se jette dans le vide.!.» et des précisions suivantes.: «.Pour peindre l'espace, je me dois de me rendre sur place, dans cet espace même... sans trucs ni supercheries, ni non plus en avion ni en parachute ou en fusée.: le peintre de l'espace doit y aller par lui-même, avec une force individuelle autonome, en un mot il doit être capable de léviter.».
Plus prosaïquement, si Klein a réellement sauté dans le vide, il a toutefois pris soin d'installer au-dessus du sol une bâche tendue.; il s'agit donc d'un photomontage. Dans son aspiration à atteindre une nouvelle dimension «.vers la liberté physique et la spirituelle totale.», l'audacieux s'est quand même prémuni des effets des lois de la physique. On ne peut s'empêcher de citer ici Hilary Putnam, lecteur pertinent de Wittgenstein.: «.Une chose est de nier tout sens à l'idée que nos concepts "renvoient" à quelque chose de complètement dégagé de toute conceptualisation. C'est tout autre chose de soutenir que tous les systèmes conceptuels se valent. Quelqu'un de suffisamment idiot pour penser cela n'a qu'à choisir un système conceptuel nous attribuant la capacité de voler, et sauter par la fenêtre.; il pourra ainsi se convaincre, s'il survit, de la faiblesse de ce point de vue..» (Raison, vérité et histoire).
Notons qu'en 1968, dans l'une de ses premières performances, l'artiste Paul McCarthy s'élança lui aussi, voulant rendre hommage au Saut dans le vide de Klein. Il se blessa et apprit alors que la photo était truquée. Mais peut-être ne faut-il voir là que le risque encouru quand l'imitation est plus "authentique" que l'original.
Merci à Marie Parizat pour son amicale contribution